Grise Poésie

 

 

re·​lease | \ ri-ˈlēs:

to relieve from something that confines, burdens, or oppresses.

LA FUITE

M'enrouler dans la peau d'humains heurtés

Comme si c'était ce qu'il me fallait

pour atténuer la nausée 

Regarder la vie passer

Attendre que quelque chose se passe

T'attendre. toi.

témoin de ma propre existence

J'ai perdu la tête

Un moment

Et je me confesse

J'ai aimé

L'odeur du chaos.

Le poids de l'eau

 Mon corps nu

Immobile

Suant l’eau de ma peau rougie

Mes pensées fixées sur le robinet Qui semble me narguer

Même lui semble moins vulnérable que moi

Les craques dans le mur sont dépressives

Elles pleurent de la buée de salle de bain trop chaude

Je pense à l’été

Aux nuits qui s’enfuient Dans le son des corps Imbriqués

Le regard des lampadaires En feux d’artifices

J’ai le silence Incrusté dans la bouche

Baisant avec un goût de métal 

38469360_10156688352997533_4089160198411

Les Lignes Électriques

Je me balance Sur les lignes électriques

En plein milieu D’une rue craquée par le froid

Je me balance à tue-tête

Jusqu’à ne plus rien sentir

Pour oublier Que la chaleur est trop souvent Éphémère

Mon corps abyssal Semble ne plus se souvenir D’où il vient

Je m’étendrais sur une corde à linge

En attendant Ton printemps

Pâle tempête

Le cœur nu

Ouvert

Sous les tempêtes

L’inconnu se cache

Dans l’ombre Des rideaux morts

En pointant du doigt Un chemin quelconque

Mindfuck

Le traumatisme est facile

Dans la nuit Aux odeurs lilas

IMG_1910_edited.jpg
ksksk.jpg

C'était l'été

 La lumière floue

Danse en pleurant

Parce que C’était l’été

Et que le soleil se levait encore Au pied du lit

Parce qu’on se foutait de tout

Même du temps

Le banc

Un banc pour se remettre les idées en place

de mes nuits interrompues

Par un silence imparfait

J’y ai retourné ma vie À l’endroit À l’envers

J’y retournerai demain matin

pour y reprendre mon souffle

il y a des jours Plus lourds que d’autres

10298690_10153204037592533_1985221930156